La Gomera : Les couleurs de San Sebastián

Du Mardi 10 au Samedi 14 Décembre

Depuis mardi, il pleut et le vent de sud est fort. La dépression est au rendez-vous. Les alertes de vent et précipitations font la une des journaux télévisés. Des images de bateaux échoués sur les plages de Gran Canaria donnent le ton. Des inondations, des toits arrachés, la totale. Rues et pontons restent déserts sous la pluie torrentielle. Les équipages, dans les starting-blocks pour une traversée vers le Cap Vert ou les Antilles, restent bien à l’abri dans leur bateau.

Le flux des alizés (vent soufflant d’est en ouest de décembre à mars dans les régions intertropicales, favorable à la traversée de l’Atlantique vers les Antilles) peine à s’établir cette année. La météo a été très perturbée cette saison, avec une série de dépressions anormalement au sud. Pourtant, d’après les prévisions, les alizés devraient commencer à se mettre en place après le passage de cet nième coup de vent. Bien forts au début, avec une grosse houle. Un créneau se profile fin de semaine pour un départ sur le Cap Vert. En attendant, films, cuisine, lecture et bons dîners avec les bateaux copains nous font patienter.

Et puis nous avons notre « repère » des jours pluvieux. La arepera Beraca. Les influences Vénézuéliennes sont encore plus présentes à la Gomera qu’à la Palma, pour notre plus grand bonheur. Ici on vous sert, avec un mot sympa, une arepa parfaitement cuite et bien garnie, accompagnée d’un jus de guanabana frais, dense et voluptueux. La simplicité parfaite. La gentillesse des gérants de ce petit bar/resto un peu reculé contraste nettement avec la nonchalance de ceux qui font face au port. Les murs en pierre et le Vespa orange garé dans le couloir viennent parfaire l’ambiance de ce petit restaurant chaleureux et sans prétention qui donne de la saveur à ces journées toutes grises.